RAPPORT 2016


Sous couvert du Secrétariat Général du Ministère de l’Environnement et Développement Durable (SG/MEDD), le Programme d'Investissement pour la Forêt (PIF) de la RDC se réjouit de publier le premier rapport d'exécution des activités pour l'année 2016.

La production de ce rapport annuel a bénéficié de la collaboration étroite de l'Unité de Coordination du PIF avec les différents partenaires qui sont les Agences Locales d'Exécution (ALE) qui œuvrent avec dévouement extrême sur le terrain pour l'atteinte des objectifs assignés.

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE RAPPORT

Notre responsabilité, en tant que Programme, est de démontrer la faisabilité de la REDD, en générant des réductions d'émissions pour lesquelles la RDC peut prétendre à des compensations sur le marché du carbone. Ce qui donnera alors au Gouvernement du pays la force de renforcer les réformes requises pour un développement vert des territoires. Pour ce qui est du Projet Intégré REDD+ dans les bassins de Mbuji-Mayi/Kananga et de Kisangani (PIREDD/MBKIS), appuyé par la Banque Africaine de Développement (BAD), l'UC-PIF devra, suite aux efforts entrepris pour compléter les préalables institutionnels et les différentes acquisitions nécessitées par la mise en œuvre des activités sur le terrain, et en étroite collabo ration avec le bureau de la BAD à Kinshasa, accélérer le processus de relance de la sélection des Agences Locales d'Exécution. Le Projet de Gestion Améliorée des Paysages Forestiers (PGAPF), appuyé par la Banque mondiale, a permis de commencer à tester trois modèles d'investissement, l'un dans l'ancien District des Plateaux, Province du Maï-Ndombe, l'autre dans les différents territoires du Kongo Central et au Plateau des Batékés et le troisième avec le secteur privé. Les premiers résultats de ces expérimentions sont très encourageants. Avec le concours des populations et de l'Agence d'Exécution WWF/RDC, le modèle de gestion intégrée des terroirs villageois a ouvert la voie à la réalisation des Plans Simples de Gestion des Ressources Naturelles, auxquels sont associés des investissements sous la forme de Paiements pour Services Environnementaux (PSE). Dans le Kongo Central et au Plateau des Batékés, les fermiers et les paysans encadrés par un total de sept Agences Locales d'Exécution ont déjà presque atteint l'objectif de 5.000 hectares de plantations. Cet objectif sera prochainement revu à la hausse. Le troisième modèle qui consiste à cofinancer le secteur privé est en cours de démarrage avec la sélection de 41 porteurs de projets de plantations agroforestières à réaliser d'ici 2019 dans le bassin d'approvisionnement de Kinshasa pour une superficie totale de près de 8.000 hectares. Tous ces processus contribuent à l'amélioration des pratiques agricoles, à la gestion durable des ressources naturelles et à l ’amélioration des revenus des populations des zones d’intervention. Enfin, nous nous réjouissons du lancement du nouveau projet PIREDD/Maï-Ndombe. Ce dernier viendra étendre les intervenons à l'ensemble des Territoires de la nouvelle Province du Maï -Ndombe ; ce qui va permettre d'apporter une démonstration à grande échelle de la faisabilité de la REDD.