Plan de Gestion des Pestes et Pesticides du Projet de Gestion Améliorée des Paysages Forestiers avec extension dans la zone d’intervention du PIREDD Mai Ndombe


Le Présent Plan de Gestion des Pestes concerne le Projet de Gestion Améliorée des Paysages Forestiers (PGAPF) du Programme d’Investissement pour les Forêts de la RDC (PIF), financé par la Banque Mondiale dans le cadre de son extension dans le District de Mai Ndombe avec la prise en compte du financement additionnel du FEM.

 

L’objectif du développement de ce projet est de tester de nouvelles approches pour améliorer le bien-être communautaire et la gestion des forêts afin de réduire les émissions liées à la Déforestation et la Dégradation des forêts dans les zones sélectionnées.

 

De manière spécifique,  il sera question de :

 

  • développer l’agroforesterie à grande échelle dans toutes la RDC en general, en particulier dans les provinces du Kongo Central, de Kinshasa et de Kwango en appui aux porteurs de projets privés ;
  • de développer l’agroforesterie à petite echelle auprés des paysans dans le Kongo Central et le Plateau des Bateke dans la composante 3 ;
  • de promouvoir la planification familiale et le support aux plus vulnérables ;
  • En plus de ces 3 composantes de développement de l’agriculture en savane, le PIREDD Mai-Ndombe retient l’objectif de rendre plus durable l’agriculture en forêt par le développement des cultures perennes en alternative aux cultures vivrières sur brûlis.

Les activités du projet sont structurées autour des quatre (4) composantes ci-après :

  • les Projets Intégré REDD les Districts des Plateaux et Mai Ndombe
  • l’Appui au secteur privé pour réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation et à la dégradation des forêts;
  • la Promotion des systèmes agroforestiers à petite échelle;

(iv)      la Gestion des Connaissances et Coordination du projet.

 

Les activités du projet sont concentrées autour des axes suivants :

 

­         Renforcement de la gouvernance des ressources naturelles du plateau : les activvites developpees dans au niveau de cet axe touchent essentiellement aux questions de structuration élaboration des plans simples de gestion

­         Renforcement des capacités des services techniques déconcentrés ;

­         Réalisation des investissements structurants ;

­         Appui aux investissements des PDD de CLD et à la recherche développement ;

 

D’une manière générale, l’implementation du projet n’a pas encouragé l’usage par les porteurs de projets des pesticides dans la lutte contre les nuisibles, quoiqu’il soit possible que les porteurs de projet les utilisent dans le cas extremes.

 

Concernant la problématique actuelle de l’utilisation et gestion des pesticides chimiques de synthèse dans le pays et le secteur du projet

 

En cas de besoin de lutte contre les nuisibles, le présent Plan de Gestion permettra d’orienter les gestionnaires vers les méthodes appropriées de lutte biologique. Et en cas d’utilisation de pesticides, ce plan oriente les utilisateurs dans leur façon de gérer les risques inhérents à l’utilisation des pesticides. Le plan montre les problématiques habituelles rencontrées au niveau du pays et des zones de projets en lien avec l’utilisation des pesticides.

 

Du fait de ces problématiques, le plan propose des méthodes de lutte biologique et intégrée des nuisible, et définit les règles qui permettront d’améliorer la gestion et l’utilisation des pesticides dans le cadre du PGAPF avec extension dans la zone d’intervention du PIREDD Mai Ndombe et du financement additionnel FEM.

 

Du point de vue politique, juridique et institutionnel de gestion intégrée des pestes (GIP), la Loi n° 11/022 du 24 décembre 2011 portant Principes fondamentaux relatifs à l’Agriculture constitue pratiquement le seul texte national qui prend en charge de façon globale les conditions de gestion des pesticides au niveau de toute la filière (importation, stockage, transport, utilisation, élimination des contenants…). A cet effet, le Gouvernement central a mis au point un système d’homologation des produits chimiques avant la commercialisation, basé sur l’évaluation et la gestion des risques et a mis en place un mécanisme de surveillance et de prévention des risques majeurs et des calamités agricoles.

 

Toutefois, pour l’instant la mise en œuvre de cette loi notamment pour ce qui conncerne la gestion des pesticides, n’est pas encore efficiente du fait de sa faible diffusion sa non-vulgarisation et le manque des textes d’application.

 

Par ailleurs quelques mesures de gestion intégrée des pestes (MGIP) dans le cadre du projet ont été envisagées. Le présent Plan de Gestion des Pestes reprend dans son contenu les éléments de la Loi n° 11/022 du 24 décembre 2011 tout en prenant aussi en compte les autres textes nationaux et exigences de la politique 4.09 sur la gestion des pestes de la Banque mondiale qui visent à orienter la préparation du Plan de Gestion des Pestes pour les investissements qui nécessitent des mesures pour la lutte contre les nuisibles.

Il existe six (6) règles de base dans lesquelles s’insère l’ensemble des guides de gestion des pesticides.

  1. Appliquer le code international de conduite pour la distribution et l’utilisation des pesticides ;
  2. Maintenir les achats des pesticides à leur strict minimum, car l’élimination des produits périmés ou obsolètes est souvent plus problématique que leur achat ;
  3. Assurer à tous les niveaux la formation pertinente nécessaire dans la gestion et l’utilisation des pesticides (manutention, étiquetage, utilisation, élimination, etc.…) et fournir à chaque personnel impliqué un document de procédure précis auquel il peut se référer ;
  4. Ne pas réutiliser les contenants vides ayant été utilisés pour le stockage des pesticides ;
  5. Rapporter les pesticides non utilisés à leurs lieux d’achat ;
  6. Les pesticides non utilisés, obsolètes et périmés doivent être éliminés de façon convenable par un organisme accrédité.

 

Les opérateurs qui comptent utiliser les pesticides devront mettre en pratique les mesures contenues dans le present plan en tenant compte des spécificités de leur projet.

 

Ce PGP mis à jour prévoit des formations au niveau des Agences Locales d’Exécution et de certains opérateurs/ utilisateurs pour leur faire connaître les méthodes d’utilisation adéquate des pesticides en cas d’utilisation.

 

Le budget total qui permet la mise en œuvre du plan et son suivi est de 160 000 USD.