PIF-BAD- Projet Intégré REDD+ dans le bassin de Mbuji-Mayi/Kananga et de Kisangani (PIREDD/MBKIS):



Première réunion du Comité Provincial de Pilotage et Lancement des activités dans le Bassin de Kananga


Les activités du Projet Intégré REDD+ dans le bassin de Mbuji-Mayi/ Kananga et de Kisangani (PIREDD/MBKIS) appuyé par la BAD et mis en œuvre par le Ministère de l’Environnement et Développement Durable via l’Unité de Coordination du  Programme d’Investissement pour la Forêt  , ont été lancées pour le bassin de Kananga le 05 juillet 2019 à l’occasion de la première réunion du Comité Provincial de Pilotage présidée par le Gouverneur de la Province du Kasaï Central, Martin Kabuya , en présence du secrétaire général à l’Environnement et Développement Durable, Benjamin Toïrambe, et  du Coordonnateur du PIF Clément Vangu Lutete.

Ces activités seront exécutées dans les Territoires de  Kazumba, Dimbelenge et Demba  par les ONG locales  réunies au sein du groupement CEILU-APROBES-KASAÏ VERT ;  le Centre d’Encadrement Intégré de LUKIBU (CEILU) étant l’agence chef de file.

Le Gouverneur de Province a souligné l’importance du PIREDD/MBKIS au Kasaï Central qui s’aligne aux interventions de la politique provinciale en matière de l’Environnement. Martin Kabuya, se réjouit de la sélection des ongs locales qui vont travailler en consortium comme Agence Locale d’Exécution pour la mise en œuvre des activités. Il a attiré leur attention sur l’atteinte des résultats tout en évitant les antivaleurs dont le clientélisme, les conflits et le tribalisme.

Dans son mot, le Sécrétaire General à l’Environnement et Développement Durable a évoqué les résultats attendus d’ici  juin 2021 en termes d’appui à la gestion durable des forêts et d’Appui à l’agriculture durable et sécurisation foncière. Il s’agit entre autres  Pour la Composante 1 : Appui à la gestion durable des forêts :

  • Au moins 2 000 ha de forêts naturelles du domaine protégé délimités ;
  • 2 000 ha des micro-boisements territoriaux mis en place et entretenus pendant la durée du projet ;
  • 20 fabricants locaux semi–industriels pour la fabrication de modèle homologué pour une production standard formés et équipés pour produire des foyers améliorés;
  • 1 000 formateurs des charbonniers formés en méthodes de carbonisation améliorée avant la fin de projet ;
  • 40 groupements/associations forestiers et Agroforestiers de femmes formés en sylviculture, arboriculture fruitière, récolte et conservation de champignons alimentaires, culture de chenilles, etc ;
  • 40 cadres des ministères techniques de la province ont reçu des formations et sont recyclés en planification participative, en gestion des projets, en inventaires forestiers, en supervision des travaux, en informatique, en concept genre et en gestion de l’environnement.

 

Pour la Composante 2 : Appui à l’agriculture durable et sécurisation foncière

  • Au moins 2 000 ha des plantations agroforestières avec des essences à croissance rapide et améliorante développées ;
  • Au moins 2 500 ha de superficies agricoles sont intensifiés avec des spéculations agricoles de haut rendement ;
  • Au moins au moins 80% des producteurs des sites du projet  adoptent les itinéraires techniques agricoles pertinents inventoriés ;
  • appui technique sur les parcelles de cultures à plus ou moins 2 500 exploitants agricoles ;
  • Au moins 16 sites de 80 apiculteurs produits et en commercialisent miel, etc…

Notons qu’à l’issue de cette première réunion, CEILU a présenté le narratif du Plan de Travail et Budget Annuel pour l’exercice 2019 (PTBA) qui a été validé par les membres du Comité Provincial de Pilotage. Ce dernier dans sa version détaillée, sera évalué au cours de la prochaine réunion du Comité Provincial de Pilotage.

 

 

Jolly Sassa –Kiuka Mayika
Expert en Communication/PIF